Comment investir dans Disney

article picture

Tout le monde conna√ģt Disney. Avec ses diff√©rentes branches, la soci√©t√© rayonne √† travers un tr√®s grand nombre d'entreprises et de marques diff√©rentes dans le secteur du divertissement et des m√©dias. Disney est li√© √† notre enfance depuis de nombreuses g√©n√©rations, et c'est probablement la plus ancienne entreprise dont nous vous avons parl√© sur ce blog. Elle est entr√©e en bourse il y a plus de 60 ans, en 1957, pour 13,88 dollars. Si votre grand-p√®re avait investi 1000 $ √† l'√©poque, ces actions vaudraient aujourd'hui 12 896 $. Ok, et sans remonter aussi loin dans le temps, si vous y aviez investi 1 000 $ il y a 10 ans, vous auriez aujourd'hui 3 632 $. Bien s√Ľr, ce n'est pas aussi rentable que Netflix, mais ce n‚Äôest pas mal non plus. La soci√©t√© de Mickey Mouse a connu des hauts et des bas au fil des ans, mais sur le long terme, elle offre un meilleur rendement que le S&P 500, qui, sur la m√™me p√©riode, vous aurait fait gagner 2 406 $.

Le monde de Disney est intimement lié à la culture populaire depuis le début du 20e siècle, mais cela signifie-t-il que l'entreprise a la confiance des investisseurs ? Le secteur est en pleine mutation et le monde du divertissement compte de nombreux nouveaux acteurs. Disney peut-il continuer à offrir un modèle économique rentable et compétitif ?

Le créatif à la vision ambitieuse

La Walt Disney Company a été fondée en 1923 par les frères Walt et Roy Disney à Hollywood. Son nom initial était Disney Brothers Cartoon Studio, mais en 1925, elle a été rebaptisée Walt Disney Studios. Tous deux ont contribué de manière égale au succès de l'entreprise, Walt en tant qu'esprit créatif et Roy en tant qu'homme d'affaires, mais c'est la contribution de Walt qui a rendu cette recette unique.

Avec son premier long métrage, Blanche-Neige et les sept nains, sorti en 1937, Disney a atteint une reconnaissance mondiale. Dès le début, la société s'est scindée en plusieurs entreprises pour former un conglomérat. En 1955, Disneyland a ouvert ses portes dans la banlieue de Los Angeles, créant ainsi un nouveau concept de parc à thème et, par là même, un nouveau secteur d'activité. Quelques années plus tard, en 1957, la société est cotée à la bourse de New York.

Walt Disney est mort en 1966, mais son empire du divertissement a continu√© √† se d√©velopper, avec de nouvelles productions audiovisuelles, des parcs dans le monde entier, et m√™me une cha√ģne de t√©l√©vision d√©di√©e (The Disney Channel), ou une cha√ģne de magasins de produits d√©riv√©s (Disney Store).

Depuis les ann√©es 1990, Disney n'a cess√© de cro√ģtre gr√Ęce √† une s√©rie de fusions. Et la liste est longue : d'ABC en 1996 √† Pixar Animation, Marvel Entertainment, Lucasfilm ou son concurrent de toujours 20th Century Fox en 2019, Disney a √©tendu son emprise sur le monde du divertissement. La firme a √©galement d√©cid√© de mettre un pied dans le monde du sport puisqu'elle poss√®de d√©sormais aussi la plateforme vid√©o ESPN+.

Actuellement, The Walt Disney Company est l'un des trois plus grands conglomérats de médias et de divertissement au monde, et sa capitalisation boursière s'élève à 325 milliards de dollars.

Comment se portent les finances de Disney ?

COVID-19 a √©t√© le mot cl√© de l'ann√©e derni√®re pour Disney. En fait, il est mentionn√© 121 fois dans leur rapport annuel 2020. La pand√©mie a port√© un coup s√©v√®re √† l'entreprise, qui a d√Ľ pendant plus d'un an fermer ses parcs d'attractions, annuler ses croisi√®res, et voir les salles de cin√©ma incapables de diffuser ses productions.

La situation actuelle, selon le rapport sur les b√©n√©fices du deuxi√®me trimestre 2021, est que les revenus sont en baisse de 13 % par rapport √† la m√™me p√©riode en 2020. C'est le quatri√®me trimestre cons√©cutif o√Ļ les revenus de l'entreprise sont en baisse.

Regardons d'o√Ļ viennent les revenus de Disney, qui divise son activit√© en quatre branches :

  • Sa branche Media Networks contr√īle le r√©seau de t√©l√©vision ABC (American Broadcasting Company), ainsi que les marques Disney, ESPN, Freeform, FX et National Geographic. Ce d√©partement est √©galement impliqu√© dans la production et la distribution de programmes t√©l√©vis√©s.
  • Par le biais de Studio Entertainment, Walt Disney Studios produit et distribue des films et des s√©ries sous les banni√®res Walt Disney Pictures, Disney Animation, Pixar, Twentieth Century Studios, Marvel Entertainment, Lucasfilm, Searchlight Pictures et Blue Sky Studios. En outre, il d√©veloppe, produit et accorde des licences pour des √©v√©nements de divertissement en direct, produit et distribue de la musique et fournit des services de post-production.
  • Direct-to-Consumer g√®re les services de streaming Disney+, ESPN+ et Hulu qui proposent des contenus de marque de Disney, Pixar, Marvel, Star Wars et National Geographic. Le nombre d'abonn√©s payants √† Disney+ a tripl√© depuis le deuxi√®me trimestre de l'ann√©e derni√®re, passant de 33,5 millions √† 103,6 millions d'utilisateurs, mais il est rest√© en de√ß√† des estimations. Le nombre d‚Äôabonn√©s √† ESPN+ a progress√© de 75% (de 7,9 √† 13,8) et celui de Hulu de 30% (de 32,1 √† 41,6). Les revenus du trimestre ont augment√© de 59% √† 4,0 milliards de dollars.
  • Parks, Experiences and Products -comme son nom l'indique- g√®re des parcs √† th√®me dans le monde entier, la Disney Cruise Line, et la vente de produits d√©riv√©s. Ses revenus pour le dernier trimestre ont diminu√© de 44%, et les r√©sultats d'exploitation se sont sold√©s par une perte de 406 millions de dollars.

Partager le g√Ęteau du divertissement

Aujourd'hui, Disney est l'un des plus grands conglomérats de médias au monde, avec AT&T, Comcast et ViacomCBS.

Si l'on compare la performance boursière de deux des grands géants des médias avec celle de Netflix - également actif dans le secteur du divertissement et l'une des entreprises qui a le plus prospéré pendant la pandémie -, on constate que les grands conglomérats des médias ont beaucoup plus souffert.

Il est généralement admis que la diversification rend les entreprises plus résistantes aux crises, mais dans le cas présent, l'activité de Netflix, qui se consacre presque exclusivement à la production de vidéos et aux services de streaming, a largement profité du changement des habitudes de loisirs au cours de l'année et demie écoulée. Comme nous l'avons vu précédemment, plusieurs des activités les plus importantes de Disney ont subi de lourdes pertes, ce qui a eu un impact sur le cours de son action.

Mais les choses sont peut-être en train de changer. La croissance du nombre d'abonnés de Netflix a fortement ralenti, passant de 16 millions supplémentaires au premier trimestre 2020 à 1,5 million au deuxième trimestre 2021, et l'augmentation pour Disney a été comparativement beaucoup plus élevée depuis lors - la croissance de Netflix pourrait-elle stagner ?

Disney peut désormais rouvrir ses parcs et les cinémas peuvent projeter ses prochaines sorties. De nombreux personnages de Marvel Studios, pour la plupart inconnus avant le rachat de la société, s'avèrent très rentables. Avec Black Widow, Disney a engrangé 80 millions de dollars au box-office américain, 78 millions à l'international et 60 millions en streaming sur Disney+ lors de son week-end de sortie.

La question est maintenant de savoir si vous pensez que la société de Mickey Mouse parviendra à récupérer ses pertes et à rester en tête de ce secteur hautement concurrentiel. Bébé Yoda est un exemple de l'importance que les personnages de Disney ont encore dans la culture pop.

‚Äć

Les opinions, recherches, analyses ou autres informations contenues sur ce site Web sont fournies à titre de commentaire général du marché et ne constituent pas des conseils d'investissement, des recommandations et ne doivent pas être perçues comme des recherches d'investissement (indépendantes). L'auteur ou les auteurs sont employés par Vivid et peuvent être investis à titre privé dans un ou plusieurs titres mentionnés dans un article. Vivid Invest GmbH propose en tant qu'agent lié de CM-Equity AG le courtage de transactions d'achat et de vente d'instruments financiers à l'exception de ceux dans le domaine des devises négociés par Vivid Money GmbH.